Le père Noël

by Laurie Delaire

8

THE QUICK SELL
One night, a burglar in a Santa Claus costume is surprised by Victor, a young boy who believes he is the real Santa Claus.

 
 

Existe-t-il quelque chose de plus magique, de plus féérique, que le Père Noël sautant de toit en toit au beau milieu de Paris, la Tour Eiffel éclairant le ciel étoilé alors que le gentil bonhomme s’introduit dans un appartement et… en ressort des bijoux plein les mains ?

Le Père Noël (le film, pas l’homme cette fois-ci) n’est pas exactement votre film de Noël typique. Certes, il est rempli de sapins décorés, de cadeaux emballés, de neige et de ce bon vieil esprit de Noël, mais le but ici n’est ni de sauver Noël, ni de prouver que le Père Noël existe, pas non plus de forcer deux personnes à trouver l’amour, et encore moins de sauver Noël en prouvant que le Père Noël existe pour que deux personnes tombent amoureuses.

Ici, l’éponyme Père Noël est en fait un homme normal qui a trouvé une bonne escroquerie : se déguiser derrière un manteau rouge et une barbe blanche, entrer par effraction dans des appartements qu’il sait vide cette veille de Noël, et voler les précieux bijoux qu’il peut ensuite cacher dans sa hotte. Récemment sorti de prison, le voleur (il n’est jamais nommé dans le film) travaille en fait pour un gang duquel il est endetté, et il espère pouvoir se réparer de cette dette une fois la nuit terminée. Mais tout ne va pas exactement se passer comme prévu alors qu’il se retrouve sur le balcon d’Antoine, un garçon particulièrement collant qui croit de tout son cœur que l’homme devant lui est le véritable Père Noël. L’enfant est déterminé à le suivre absolument partout, et l’escroc découvre vite à quel point un petit garçon agile peut lui être utile quand il s’agit d’entrer quelque part par effraction.

Ce qui débute comme une relation comique et légèrement malveillante devient rapidement le cœur du film, le faux Père Noël prétendant être le vrai pour ne pas décevoir l’enfant et, par la même occasion, finit par devenir quelqu’un de meilleur. Le charisme de Tahar Rahim (« Un Prophète », « Le Passé ») nous fait instantanément apprécier son personnage malgré ses défauts, et le tout nouveau Victor Cabal joue son rôle à la perfection. Sa tête triste et adorable nous conquiert dès le départ, mais le jeune acteur se montre réellement talentueux et, il est important de noter, parle et se comporte comme un véritable enfant.

Les deux protagonistes rencontrent leur lot d’obstacles, mais c’est toujours le développement interne des personnages et de leur relation qui prime sur le reste. Grâce à ça, le film n’est jamais monotone : le noyau émotionnel de l’histoire (le petit garçon est récemment endeuillé de son père) est traité avec beaucoup de cœur et contrebalancé par des scènes d’effraction amusantes montées sur des musiques entraînantes comme Bonfire Heart de James Blunt ou U Can’t Touch This de MC Hammer. Préparez-vous donc à rire et pleurer tout en admirant les plans magnifiques des toits de Paris et de ses rues habillées de guirlandes.

Tout en gardant l’esprit bon enfant du genre, Alexandre Coffre (« Eyjafjallajökull », « Les Aventures de Spirou et Fantasio ») signe un film qui évite les chemins trop souvent pris et apporte assez de profondeur pour pouvoir être regardé à n’importe quel moment de l’année. Alors n’hésitez pas à mettre Le Père Noël dans votre liste de film à voir ce mois-ci, et si vous ne trouvez pas le temps, pas de crainte : il peut toujours se voir une fois Noël fini, du moment que vous cherchez une bonne histoire et un film bien fait!

Click here to read this review in English.

 

People Also Read:

 
 
Santa Claus!

Santa Claus!

Pool Party Massacre

Pool Party Massacre

Ralph Breaks The Internet

Ralph Breaks The Internet

Boundaries DVD

Boundaries DVD

 
 

Have your say

 
OC

MOVIE REVIEWS