L’Âge D’Or

The Golden Age Review - OC Movie Reviews - Movie Reviews, TV Reviews, Streaming Reviews, Amazon Prime, Netflix, Apple TV, Movie News, Documentary Reviews, Short Films, Short Film Reviews, Trailers, Movie Trailers, Interviews, film reviews, film news, hollywood, indie films, documentaries, TV shows
8th October 2020
 

The Golden Age

Sebastian (interprété par Sebastien Cipolla ; “Things Happen”, “Realms of Dreams”) est un français qui a passé la majeure partie de sa vie aux Etats-Unis ; Angèle (Jenna Suru) une parisienne qui a tenté l’expérience londonienne. Tous les deux se rencontrent par hasard à Paris, en mai 1967, portant avec eux leur passion (Sebastian veut produire des films, Angèle être une grande actrice) et leurs échecs. Ils se découvrent tous les deux l’envie de créer une œuvre unique, originale, qui changerai le monde, et partent à la recherche de l’inspiration dans les rues de Paris et Saint-Tropez.

C’est dans ces rues là que le premier long-métrage de Jenna Suru (qui campe aussi le rôle d’Angèle) trouve tout son charme. Au travers de lieux savamment choisis et de costumes d’époque, L’Âge d’Or nous plonge à la fin des années 60 sans jamais nous en sortir. On y découvre ou redécouvre trois villes (Paris, Saint-Tropez, mais aussi Los Angeles brièvement aperçue) magnifiques à une période emblématique, et c’est dans cette reconstruction de la fin des années 60 que le film prend tout son sens. L’époque est certes idéalisée, quelque fois à l’extrême, mais l’hommage est clair, et l’apparition (brève) de problématiques beaucoup moins glamours (la guerre du Vietnam et la guerre d’Algérie) donnent de la profondeur à cette esthétique : les personnages, tout comme le spectateur, semblent se plonger dans ce monde idéal pour oublier les dures réalités.

Malheureusement, L’Âge d’Or peine à faire mieux que ses décors. L’histoire n’est jamais pleinement passionnante, et le rythme en pâtit lourdement. Bien que le film parle d’art, il se concentre surtout sur la relation entre les deux personnages principaux. L’alchimie entre les deux arrive à se créer, mais il est dur de s’investir dedans car les personnages sont finalement peu développés. Sebastian arrive à être charmant grâce à ce qu’apporte Sebastien Cipolla au personnage, mais le jeu monotone de Jenna Suru a du mal à nous faire accrocher à Angèle. La mise en scène est quant à elle efficace mais souvent trop classique.

L’Âge d’Or est un bel hommage aux artistes des années 60, ou en tout cas à l’image que nous avons d’eux. Si vous êtes intéressés par l’esthétique de la période, c’est définitivement un film à voir. Sinon, le film risque de vous décevoir.

THE QUICK SELL
May 1967. A penniless Franco-American producer meets an ambitious French theater actress in Paris. Both desperate to change the world, they decide to embark on an artistic project together.

DIRECTED BY
Jenna Suru

WRITTEN BY
Jenna Suru

Running Time:
1hr 46mins

Have your say